Les épaulettes

Les épaulettes sont un ornement de passementerie situé sur l'épaule d'un uniforme militaire. Les épaulettes sont différentes selon les armes et les grades.

Epaulettes rouges

Epaulettes rouges

Epaulières en ferL'origine des épaulettes remonte au Moyen Âge. C'était une épaulière en fer constitutive de l’armure, qui servait à protéger l’épaule et une partie du torse.

En France, c’est le Maréchal de Belle-Isle en 1759 qui instaure l’épaulette pour les grades. Elle va être adoptée par tous les corps d’arme sauf par les hussards. Initialement, l'épaulette constitue en une patte de drap placée sur l'épaule gauche pour maintenir la banderole de la giberne. Lorsque les fantassins abandonnent le ceinturon, pour le baudrier, l'on doit mettre sur leur épaule droite une patte semblable qui fut nommée contre-épaulette. De plus, les épaulettes servaient à amortir les coups de sabres. Quant aux officiers, ils avaient la patte gauche en galon d'or ou d'argent avec frange et mélange de soie servant à indiquer leur grade. Si la patte du coté gache (épaulette) avait des franges, celle du coté droit (contre-épaulette) n'en avait pas.

depuis 1791, les grenadiers avaient repris les épaulettes à franges, le corps était en galon de laine rouge dont une extrêmité arrondie était bordée  d'une corde dite tournante sur laquelle étaient montés 4 rangs de franges L'autre extrêmité du galon avait ses angles abattus ou repliés, et présentaient une boutonnière qui recevait un petit bouton cousu sur l'habit pour empêcher l'apaulette de se déplacer. Elle avait en dessous une sous-patte en drap cousue à l'épaulette à coté des franges. Jusqu’au début du XIXe siècle, les épaulettes à franges étaient souples.

Autrefois portées sur le champ de bataille, les épaulettes sont aujourd’hui généralement réservées à l'uniforme d’apparat.

Les épaulettes dans les marches folkloriques

Les épaulettes utilisées dans nos marches folkloriques sont généralement rouges pour tous les soldats, rouges et dorées pour les sergents et dorées pour les officiers. Elles sont rigides et seuls certains uniformes du 2ème Empire en sont dépourvus (zouaves, spahis...).

Composition d'une épaulette

L'épaulette est composée d'une partie rigide et d'une partie souple, sur laquelle est pratiquée une boutonnière permettant sa fixation sur l'habit à l'aide d'un crochet. Cette épaulette passe dans un passant réalisé en galon cousu sur l'habit sur l'extérieur de l'épaule. Le corps est réalisé en galon, en bâton pour la Garde Impériale, en cul de dé pour le reste de l'Armée. Le galon cul de dé est or pour l'Infanterie de Ligne et argent pour l'Infanterie Légère, à quelques exceptions près, c'est une généralité. La couleur distincte la compagnie, par exemple rouge pour Grenadiers et Carabiniers, vert pour Chasseurs, jaune pour Voltigeurs, chaque compagnie a ses spécifications. L'épaulette sert à maintenir les buffleteries sur l'épaule, ces dernières passent sous la partie souple, entre le crochet et le passant, les bretelles du havresac passent sur cette dernière, ce qui atténue le frottement. 

Sources:

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site